« Approche typologique de la génération des formes sociales de la fonction d’intégration », in Identité et culture Amazigh, Édition Bouchène, Paris, A paraître

Il s’agit ici de présenter une théorie générale des formes associatives, apte notamment à en produire une typologie. En tant que théorie, elle n’est évidemment pas compatible avec les visions Politico idéologiques des associations, souvent présentées comme des « écoles de la citoyenneté » ou celles que l’on trouve dans les manuels orientés vers les technologies d’intervention sociale qui, lorsqu’elles sont néo-libérales, les envisagent comme des « organisation de la société civile », ou, quand elles sont portées par des mouvements sociaux de gauche, comme des lieux d’organisation de la solidarité entre dominés. Plus encore, une telle théorie des systèmes d’association présente l’avantage d’ouvrir des hypothèses fécondes sur les processus de changement et de reproduction sociale des systèmes sociaux hiérarchiques. Tout autant qu’elle oriente vers la «sociologie de l’habitus» elle permet en effet d’explorer les approches dynamistes, comme a pu le faire Georges Balandier quant à la permanence de l’inégalité dans la structure sociale, sous les catégories de prestige et de pouvoir, articulant les champs très actuels de « tradition » et de « modernité ».

→ Ouvrir le PDF

Laisser un commentaire