« Politiques publiques et invention de l’intégration », in Inmigracion e integracion de los inmigrantes desde una perspectiva hspano-francesa : en el contexto de las actuales politicas comunitarias sobre inmigrcion, Dir : Glorria Esteban de la Rosa, COMARES, Granada, 2010

Inmigracion e integracion de los inmigrantes

Dans les années 1970-1980, le terme «intégration» a fait l’objet d’un intense investissement dans les médias et dans le langage politico-administratif. Sa scansion surgissait du débat sociopolitique et idéologique nourri par le changement de paradigme en cours à partir de 1970-1974 organisant le passage du modèle économico social produit par le déploiement des États sociaux sur le modèle général keynésien de régulation de l’après guerre – modèle historique de modernisation capitaliste – vers une configuration désormais estampillée sous le vocable «néo libéralisme».
A travers la mise en cause de l’État posant en termes nouveaux la « question sociale », se formaient des enjeux fondés sur le discrédit des solutions collectives héritées de l’État providence au profit de la « responsabilité » renvoyée à chacun selon une vision singulière de l’individualisme promu au rang de vertu de la « liberté» et théorisé comme universalisme. Si, déclinée sous une série de stratégies discursives, la question de l’État était la source de ces enjeux, les arguments à son encontre ont puisé largement dans une configuration sociale où pour la première fois dans l’histoire de l’État social apparaissait une corrélation entre chômage et pauvreté. C’est sur ce constat sociologique, appelé en France «nouvelle pauvreté», qu’a été construite la notion, elle aussi bien française, d’«exclusion». Avec ceux d’«insertion» et d’« intégration », leurs corollaires, le terme a connu un grand succès. Les centres communaux et départementaux d’action sociale découvraient des populations inconnues de leurs services et pour lesquelles ils ne dispensaient aucune allocation de ressource…

→ Ouvrir le PDF

Laisser un commentaire